Avoir lieu | Tener lugar

L’un de mes professeurs dans un collège de Montréal avait écrit un pastiche1 d’une pièce de Jean Giraudoux intitulée La guerre de Troies n’aura pas lieu, et dont la traduction en espagnol porte le titre La guerra de Troya no tendra lugar.

Avoir lieu : littéralement « posséder un endroit où se réaliser », autrement dit « se produire », « se réaliser ».

La cérémonie aura lieu samedi.
Des élections ont lieu tous les quatre ans.

Fait intéressant, si l’on ajoute après « avoir lieu » la préposition « de » et un verbe à l’infinitif, on obtient un tout autre sens : avoir une raison de, être justifié de.

Il n’y a pas lieu de s’en faire.

L’exemple ci-dessus est courant en français. « S’en faire » signifie « se faire du souci », « se préoccuper ». Noter encore une fois le rôle elliptique du pronom « en », qui remplace ici la notion de souci ou de préoccupation.

Faut pas s’en faire.2
Tu t’en fais toujours pour rien.
Arrête de t’en faire.

1 « Pastiche » : œuvre artistique ayant pour intention d’en imiter une autre.
2 « Faut pas » (au lieu de « il ne faut pas ») appartient à la langue familière.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s