Jouer dur | Jugar duro

Lorsqu’on joue dur, on n’hésite pas à utiliser des moyens malhonnêtes, interdits ou implacables.

Avec son verbe « jouer », l’expression paraît être née dans le domaine du sport, où la violence sévit souvent.

Les joueurs de la Ligue nationale de hockey jouent dur, très dur.1
Ah ils veulent jouer dur ? Hé bien nous aussi.

L’expression s’est étendue à de nombreux domaines, notamment la politique.

L’Action démocratique du Québec entend jouer dur et […] l’opposition officielle ne donnera pas sa place.2

Dans l’exemple qui précède, il est moins question de malhonnêteté que d’implacabilité ou d’absence de complaisance. On pense à l’expression « ne pas faire de cadeau à ».

Pourquoi « dur » ? Parmi les nombreux sens de cet adjectif, le Littré en offre un qui semble s’appliquer ici : « qui est sans bonté, sans humanité ». L’ouvrage propose l’exemple suivant : « il est fort dur pour ses domestiques ».

Remarquez la construction « jouer » + l’adjectif « dur ». Le français partage en effet avec l’espagnol la capacité de faire jouer à un adjectif le rôle d’un adverbe. C’est aussi le cas de l’anglais, avec son « play hard », qui signifie cependant « jouer fort ».


Exemple en espagnol :

Si quieren jugar duro, nosotros también podemos.2


1Source.
2Source.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s