À la merci de | A la merced de

Il arrive à tous les humains de se sentir impuissants devant des forces qui les dépassent. Ou encore de se livrer volontairement à un pouvoir qui les domine. C’est ce que signifie «à la merci de» lorsque ce substantif est employé au féminin.

Nous sommes à la merci de la météo.
Il s’est placé à la merci de ses créanciers.
Les innocents sont à la merci des envieux.
1

C’est la façon littéraire de dire que nous sommes dépendants de quelque chose ou de quelqu’un.

Le Littré explique bien l’origine de l’expression: «Être, se mettre à la merci de quelqu’un, être, se mettre à sa discrétion, c’est-à-dire dans une situation telle qu’il fera grâce, qu’il donnera merci, s’il veut.»

Le français possède donc deux genres pour le mot «merci», le masculin étant le plus connu des deux.

Un grand merci pour votre aide.


1 François de Salignac de La Mothe, dit Fénelon, auteur français mort en 1715 et cité dans le Littré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s