À tel point que | A tal punto que

« À tel point que » signifie « tellement que » : la condition décrite a atteint un degré, un niveau, un point à partir duquel une conséquence se réalise.

Il a hâte de partir en voyage à tel point qu’il n’en1 dort plus depuis une semaine.
Sa fièvre a augmenté à tel point qu’il faut appeler le médecin.
Ses économies ont gonflé à tel point qu’il peut maintenant s’offrir une croisière.

« À tel point que » possède de nombreuses variantes :

Il a à ce point hâte de partir en voyage qu’il n’en dort plus depuis une semaine.
Il a hâte de partir en voyage à un point tel qu’il n’en dort plus depuis une semaine.
Il a hâte de partir en voyage au point où il n’en dort plus depuis une semaine.

Il a hâte de partir en voyage au point qu’il n’en dort plus depuis une semaine.
Il a hâte de partir en voyage au point de ne plus dormir depuis une semaine.

Le grand nombre de variations sur le thème « à tel point que » étonne.


1 Remarquer l’utilisation du pronom « en », l’ami du locuteur francophone.

Une réflexion sur “À tel point que | A tal punto que

  1. Tu écris : « Le grand nombre de variations sur le thème « à tel point que » étonne. » Oui, il étonne le francophone qui en prend conscience (grâce à un article comme le tien), mais je suis sûr qu’il désarçonne complètement l’hispanophone ou autre non-francophone! J’ai un grand respect pour les profs de français qui ont sans doute évoqué la question avec Stephen Harper…

    Il y a aussi la vaste question du mot « en », que tu présentes très judicieusement comme « l’ami du locuteur francophone ». C’est presque la pierre de touche pour distinguer le natif francophone du francophone d’adoption! L’emploi de ce mot est tellement complexe qu’il en devient pratiquement inexplicable. Les non-francophones de naissance peuvent finir par saisir le principe, mais d’instinct, après plusieurs années de pratique de la langue. Exactement comme nous, les francophones de naissance, qui appliquons ces règles par instinct. Aucun énoncé de « règle » de Maurice Grevisse ou de tout autre grammairien ne peut remplacer cet instinct-là.

    Je viens d’ajouter à mon dossier Options les deux possibilités que tu mentionnes :

    Il a hâte de partir en voyage au point où il n’en dort plus depuis une semaine. Il a hâte de partir en voyage au point qu’il n’en dort plus depuis une semaine.

    J’ajoute aussi les possibilités signalées par Usito : au point que ou à ce point que ou à tel point que ou à un point tel que. À un degré tel que, tellement que. Elle est à ce point déprimée qu’elle ne mange plus. Il le déteste à un point tel qu’il ne veut plus le voir. « L’agitation vous a-t-elle effrayée au point que vous songiez à quitter la maison? » (L. Caron, 1981). au point où. Dans une situation telle que, dans un état tel que. Il en est au point où il ne sait plus quoi faire. Au point où nous en sommes, cela n’a pas plus d’importance. au point de (+ inf.). Jusqu’à. Il ne fait pas froid au point de se vêtir si chaudement. Il l’aime au point de vouloir l’épouser.

    En plus, dans tous les cas ci-dessus, il serait également correct d’éliminer le « en », ce qui donnerait par exemple : « Il a hâte de partir en voyage au point où il ne dort plus depuis une semaine », etc.

    Ça donne le tournis!

    Paul

    >

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s